Media Contact

Ewa Magiera
IUCN Media Relations Manager
Phone: +61 (0)434 025 278
+41 76 505 33 78

Margot Marshall
Australian World Parks Congress Media Enquiries
Media & Public Affairs Director
Phone: 02-6274 2846
Mobile: 0418 624 847

Note: For all other enquiries please see the Contact Us page.

Les aires protégées sont des espaces géographiques clairement définis, reconnus, dédiés et gérés par des moyens légaux ou autres, afin de favoriser la conservation à long-terme de la nature et des services écosystémiques et des valeurs culturelles qui y sont liés.

Les principaux avantages des aires protégées :

  • Plus d’un tiers des 100 plus grandes villes du monde se basent sur des forêts et des aires protégées humides pour se fournir largement en eau potable.
  • Les aires protégées améliorent la sécurité alimentaire en conservant les plantes sauvages apparentées à des plantes cultivées pour l’amélioration génétique des cultures et favorisent la préservation de l’eau douce et des stocks de poissons.
  • Les aires protégées ont des avantages directs et indirects sur la santé, en permettant notamment la conservation d’espèces importantes d’un point de vue médical pour un usage local et à destination de l’industrie pharmaceutique. Ce sont également des lieux pour faire du sport et traiter des patients atteints de maladies mentales. 
  • Les aires protégées peuvent empêcher que des événements climatiques extrêmes et des tremblements de terre se transforment en catastrophes, grâce par exemple à : la préservation de forêts sur des pentes pour empêcher les glissements de terrain ; l’absorption des raz-de-marée et des tempêtes par les récifs coralliens et les mangroves ; et la prévention de la désertification et des tempêtes de sable. 
  • À l’échelle mondiale, les aires protégées stockent plus de 312 gigatonnes de carbone, soit 15% du stock de carbone terrestre. Les forêts tropicales, tempérées et boréales, les prairies sous-marines, les mangroves et les marais salants sont des puits et des sites de stockage de carbone essentiels. 
  • Les aires protégées permettent de répondre à des besoins culturels et spirituels, offrent des destinations touristiques symboliques et protègent un grand nombre de sites naturels sacrés, qui ont souvent une grande valeur en termes de biodiversité. 

Exemples

  • Le bassin versant de la ville de New York fournit en eau quelques neuf millions de personnes, par le biais de six réservoirs dans les montagnes des Catskills. Cette gestion avisée des paysages et des aires protégées fournit la plus grande quantité d’eau non filtrée aux États-Unis – ce qui coûte certes des millions en protection des bassins versants mais évite des milliards de dollars de coûts d’infrastructures pour filtrer l’eau.
  • La plupart des aires protégées de Colombie situées dans les Andes, à plus de 4000 mètres d’altitude, comme le parc national naturel de Los Nevados, préservent les réserves d’eau pour les usines hydroélectriques situées en aval, qui fournissent 60% de l’énergie de Colombie.
  • Les 11 aires protégées interconnectées des Alpes australiennes – les montagnes les plus élevées d’Australie – s’étendent sur 1,64 million d’hectares et conservent les bassins hydrographiques qui fournissent de l’eau de bonne qualité pour l’agriculture dans le grenier alimentaire de l’Australie, le bassin de Murray-Darling.
  • Au cours des années 1990, l’introduction de nouveaux gènes issus de plantes cultivées apparentées à des plantes sauvages, dont beaucoup sont restreints aux aires protégées, a permis d’augmenter d’environ 20 milliards de dollars US la production agricole par an aux États-Unis. Les estimations sont de 115 milliards de dollars US pour le monde. 
  • En 2006, les poissons ont fourni à plus de 2,9 milliards de personnes dans le monde au moins 15% de leurs apports en protéines animales moyen par habitant. Les aires protégées marines, qui offrent des zones de reproduction et de d’alevinage, ont montré à plusieurs reprises qu’elles augmentaient ainsi les stocks exploitables de poissons dans les eaux avoisinantes. 
  • De nombreuses populations (80% en Afrique) se basent sur les remèdes médicinaux traditionnels ; 28% des plantes sont utilisées à des fins médicales et 60% des plantes médicinales sont cueillies à l’état sauvage, y compris dans les aires protégées.
IUCN WCPA Parks Australia NSW NPWS